Si vous êtes  une femme et vous avez des seins généreux genre 90G, les autres femmes t’envient et les hommes te désirent de loin comme de près. Pour certaines, ceci n’est pas un avantage mais plutôt une galère et un véritable complexe alors la réduction mammaire pour ça a existé !

Pour vous, des gros seins c’est-à-dire des douleurs dorsales, une hypertrophie inutile, des soutiens-gorges inexistants et un risque plus important d’avoir une ptôse mammaire trop tôt. Vous préférez donc d’opter pour la réduction mammaire pour que vous vous sentiez bien dans votre peau et oublier tous ces problèmes.

L’hypertrophie mammaire, est-elle une maladie ?

Non. Il ne s’agit en aucun cas d’une maladie. En effet, le volume excessif des seins est dû à l’hyperactivité des glandes mammaires et leur développement important. Ces glandes mammaires sont composées par des lobes glandulaires entourés par un tissu graisseux qui est responsable de cette hypertrophie.

la réduction mammaire : ça consiste en quoi ?

Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui vise à diminuer le volume des seins. Cette diminution doit être accompagnée d’un redrapage de la peau et d’une remontée des aréoles pour que la forme des seins soit forme et galbée.

Certaines prétendent que les crèmes raffermissantes peuvent remonter les seins et réduire leur volume ! Ceci est archi faux. La chirurgie esthétique seulement pourrait diminuer le volume des seins.

Quand avoir recours à la réduction mammaire ?

Les motivations se diversifient et elles sont essentiellement :

  • Un volume excessif des seins
  • Douleurs dorsales et au niveau du cou et des épaules
  • Posture non droite et déformation possible de la colonne vertébrale
  • Ptôse mammaire à cause du volume excessif des seins
  • Distension cutanée et présence des vergetures
  • Complexes et ennuis psychologiques
  • Problèmes quotidiens avec le choix des vêtements

Les préparations préopératoires de l’intervention

Tout d’abord, la patiente doit avoir 17 ans minimum (achèvement de la croissance mammaire). Le chirurgien prescrit un bilan préopératoire comprenant la mammographie, les analyses sanguines, les composantes graisseuses et glandulaires, il vérifie ensuite l’état de la peau et l’absence des contre-indications.

La patiente doit arrêter le tabac une semaine avant l’intervention et les médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires, anticoagulants) deux semaines avant.

La consultation avec le médecin anesthésiste est aussi obligatoire

Comment se déroule l’intervention de la réduction mammaire ?

Cette intervention dure deux heures en moyenne sous anesthésie générale. L’hospitalisation dure un ou deux nuits. La réduction mammaire est peu douloureuse et pourrait être calmée par la prise des simples antalgiques.

Aurais-je des cicatrices ?

Généralement, cette opération nécessite 3 cicatrices : une cicatrice verticale, une cicatrice horizontale et une autre cicatrice périaréolaire. Si l’hypertrophie n’est pas importante deux cicatrices feront l’affaire.

Ces cicatrices s’estompent avec le temps cependant, évitez le bronzage et l’exposition excessive au soleil pour que les cicatrices ne soient pas plus foncées que le reste du corps.

Après l’intervention ?

Vous devez porter un pansement et un drain appropriés jusqu’à sortie de l’hôpital. Vous devez également porter un soutien-gorge de contention pendant un mois. De plus, évitez de porter des charges lourdes durant les premiers mois. Un arrêt de travail est prescrit pendant deux à trois semaines.

En outre, la grossesse est possible après cette intervention mais ça peut agir sur le résultat. Cependant l’allaitement n’est pas totalement garanti et il faut en discuter avec votre praticien.

Réduction mammaire : quels risques ?

Si vous choisissez une clinique esthétique renommée et un chirurgien compétent, soyez rassurée ! Il s’agit d’une intervention courante et sûre et les complications telles que  l’hématome et l’infection, imperfection des résultats sont rares.

 

-->