Sur les réseaux sociaux, le hashtag #Revengebody prend de plus en plus d’ampleur.

Si cette pratique a été initiée par les célébrités, elle s’est progressivement démocratisée, ainsi de plus en plus de personnes ont recours à différentes techniques pour resculpter le corps à la suite d’une rupture.

Avant, à la suite d’une rupture, soit on restait seul à la maison à manger des glaces et du chocolat, d’autres noyaient leur chagrin en multipliant les conquêtes et les sorties, et quand on veut se sortir de ce cercle infernal, on change de coupe de cheveux.

Maintenant, pour dépasser une rupture, prendre sa revanche par son corps s’avère être une excellente méthode, d’une part, vous vous faites du bien, vous retrouvez confiance en vous, et vous montrez à votre ex que vous avez surmonté la rupture.

La chirurgie esthétique pour traiter un chagrin d’amour ?

Le Break up Botox ou le Botox de rupture est une pratique de plus en plus courante, ainsi plus de cercles de lectures, plus de séances de shopping intense, plus de soirée alcoolisées entre filles, la médecine esthétique a pris le relais.

Comment sculpter son corps ?

La technique la plus adéquate et qui est considérée comme une technique de choc c’est le sport.

En effet, plusieurs femmes sollicitent les services d’un coach sportif suite à une rupture, pour elles, les exercices sportifs leur permettront d’une part d’oublier ce qui vient d’arriver, d’autre part, c’est une sorte de challenge, si elles peuvent se donner à fond en pratiquant ses exercices, elles peuvent très bien passer à autre chose.

En effet, nombreuses sont les femmes qui pensent qu’un nouveau corps est la clé d’un nouveau départ.

D’un point de vue psychologique, le sport permet de dépasser le deuil d’amour, en effet, une personne qui pratique le revengebody a un objectif à atteindre et plus elle se rapproche de sa réalisation plus elle se sent mieux.

Ainsi, la progression des résultats réconforte et revalorise les femmes.

Une étude parue dans le « The Journal of Neurophysiology », en 2010, affirme qu’en montrant à des personnes les photos de leur ex, ceci active une souffrance physique d’origine psychologique.

Et en 2011, à l’université de Columbia, une autre étude a démontré que l’absence de l’être aimé a le même impact que lors d’un sevrage d’un cocaïnomane.

Ceci explique la recherche de la montée d’adrénaline induite par l’exercice sportif.