Les marques de cosmétiques innovent sans cesse et, au fil des découvertes scientifiques, proposent toujours de nouveaux produits. Cependant, leur action très limitée et la contrainte de leur utilisation sur le long terme, outre leurs prix prohibitifs, n’encouragent pas à leur acquisition, la plupart des femmes leurs préférant l’efficacité et la rapidité de résultat de la chirurgie esthétique.

Ainsi, parmi les interventions les plus demandées, la liposuccion figure toujours en bonne place et est, de surcroît, réclamée par une tranche d’âge de plus en plus jeune. En effet, aujourd’hui, même des jeunes femmes de 25 à 34 ans y recourent pour affiner leur jeune silhouette.

Toutefois, la liposuccion n’est plus l’apanage des seules femmes puisque les hommes aussi commencent à se rendre dans les cabinets des chirurgiens plasticiens pour se débarrasser d’amas graisseux encombrants dans leur recherche du corps idéal.

Depuis l’année 2000, devenus plus libres dans leur conception de la virilité, ils s’autorisent de plus en plus de coquetteries et se font même poser des implants pectoraux pour les uns ou traiter une gynécomastie pour les autres.

Eux aussi misent sur le jeu de la séduction pour arracher leur part de bonheur. Si les hommes cherchent à affirmer leur caractère de mâle avec le recours à la chirurgie esthétique, les femmes, quant à elles, mettent aussi à profit les progrès de la médecine esthétique pour mettre leur féminité en valeur.

Même si certaines se rebellent et revendiquent leur pilosité, les cabinets des médecins esthétiques croulent sous les rendez-vous pour ce qui est de l’épilation définitive, un confort sur les moyens duquel nombre de patientes ne lésinent pas.

Loin d’être un simple phénomène de mode, la médecine et la chirurgie esthétiques tendent de plus en plus à faire partie des mœurs d’une société moderne en quête de performances, même physiques. Cela annonce-t-il le déclin de la cosmétique ? A suivre…