Suite à une grossesse, la nouvelle maman peut se délaisser, prise par la fatigue postpartum et dans certains cas d’un baby blues, elle ne pense pas à prendre soin de sa ligne. Ajoutez à ça un minimum de six mois d’allaitement et l’impact sur sa poitrine devient visible et alarmant.

En effet, la ptôse mammaire peut rapidement s’installer, elle se caractérise par un affaissement des seins et d’une peau qui devient lâche, cet aspect inesthétique aura un effet négatif sur la psychologie de la femme qui sera dans l’incapacité de profiter de sa coquetterie.

Afin que le corps retrouve son état de grâce, une chirurgie esthétique des seins s’impose dans le but de rehausser la poitrine et retrouver la symétrie des seins.

Cette chirurgie est en effet un lifting des seins, elle a pour but d’éliminer la peau excédante et de retendre la peau résiduelle afin de rehausser les seins.

L’étendue de l’intervention dépend de la gravité de la ptôse mammaire ainsi on définit :

  1. Pour une ptôse légère, le chirurgien esthétique aura recours à la technique « péri aréolaire », l’incision sera donc en forme de demi-lune en haut de l’aréole.

Cette technique est adaptée aux patientes présentant des petits seins.

  1. Pour traiter une ptôse moyenne, la technique verticale est la plus utilisée. L’incision sera en forme de « V »elle sera descendante du haut de l’aréole en passant par le milieu du sein.

Cette technique est adaptée aux seins moyennement volumineux.

  1. La dernière technique présente une ptôse en forme d’ancre ou en « T  inversé » dans ce cas, l’incision est latérale partant du haut de l’aréole jusqu’au segment inférieur du sein.

Cette technique est la plus invasive, elle n’est donc indiquée qu’en cas de ptôse mammaire sévère.

 

 

 

Comments are closed.